AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
BIENVENUE Invité et merci de ta présence sur le forum !

Meilleurs posteurs
makguylio
 
mimi60
 
amipolyne
 
Nat
 
lavande
 
lalie
 
linette
 
Vanille
 
Nenette
 
cricri
 
Sondage
Un tchat, quel sujet vous intéresserait?
Les animaux
4%
 4% [ 1 ]
La famille
7%
 7% [ 2 ]
Les films, programmes télé, etc...
4%
 4% [ 1 ]
autres mais un sujet précis
0%
 0% [ 0 ]
Général (discuter un peu de tout)
71%
 71% [ 20 ]
Aucun le tchat ne m intéresse pas
14%
 14% [ 4 ]
Total des votes : 28
Statistiques
Nous avons 15 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Vanille

Nos membres ont posté un total de 86543 messages dans 3109 sujets
MÉTÉO

Partagez|

ZOOLOGIE - Les secrets de la souris insensible au venin de scorpion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: ZOOLOGIE - Les secrets de la souris insensible au venin de scorpion Mer 30 Oct 2013 - 12:30

Et si le remède contre la douleur provenait d’un rongeur du désert ? En étudiant de près les mécanismes de perception de la douleur chez la souris-sauterelle, des chercheurs états-uniens ont percé les mystères de son invulnérabilité au venin du féroce scorpion écorce.


Les souris-sauterelles sont des animaux uniques en leur genre. Elles ne sont pas plus grandes qu’une souris commune, mais sont capables de manger des scorpions venimeux. Cette extraordinaire capacité pourrait aider la recherche dans l’élaboration d’analgésiques.

La souris-scorpion, également appelée souris-sauterelle (Onychomys torridus), est un petit rongeur des déserts de l’Arizona. En apparence, elle ressemble à ses cousines, mais elle possède une capacité étonnante : elle est insensible au venin du scorpion écorce (Centruroides sculpturatus), l’un des animaux les plus venimeux du monde. La piqûre de cet arthropode est pourtant fatale pour de nombreux petits animaux, et pour les enfants en bas âge. Chez les adultes, elle entraîne une douleur terrible qui peut perdurer plusieurs jours.

Mais pour la souris-sauterelle, le scorpion écorce ne représente aucun danger. Plutôt que de prendre ses jambes à son coup à la vue de cet arachnide pernicieux comme le ferait n’importe quel autre rongeur, elle l’attaque sans aucune retenue. Le court film présenté ci-dessus montre la manière dont elle procède. Elle se jette une première fois sur sa proie mais fait un mouvement de recul au cours duquel elle se lèche la patte, probablement au niveau d’une piqûre. La seconde fois est la bonne : elle tue le scorpion puis le mange goulûment en commençant par le dard et le bulbe où se trouve le venin. Ce comportement surprenant intéresse au plus haut point les scientifiques en quête de traitements contre la douleur.


La souris-sauterelle se jette sur le scorpion écorce. Elle ne craint pas ses piqûres, pourtant mortelles pour de nombreux animaux.

Le venin du scorpion n’atteint pas la souris-sauterelle.

Pour comprendre comment la souris-sauterelle résiste au venin, des chercheurs de l’université du Texas à Austin (États-Unis) se sont intéressés à la façon dont ce rongeur perçoit la douleur. Leur étude, publiée dans la revue Science, a conduit à la découverte d’un mécanisme unique en son genre dans le règne animal. Chez ce rongeur hors du commun, le venin du scorpion n’entraîne pas de souffrance, mais agit au contraire comme un antidouleur.

Dans un premier temps, les scientifiques ont comparé l’effet du venin de scorpion chez la souris-sauterelle et chez certaines de leurs cousines du désert, des souris grises. Pour cela, ils leur ont injecté du venin dans une patte arrière et ont comparé leur réponse au traitement. Comme attendu, les souris grises se sont mises à se lécher énergiquement la patte, un signe révélant une sensation douloureuse. En revanche, les souris-sauterelles se sont montrées assez indifférentes au venin.

Les souris-sauterelles sont-elles complètement insensibles à toute douleur ou uniquement à celle du venin ? Pour répondre à cette question, les auteurs ont injecté d’autres produits aux souris, à savoir de l’eau salée ou du formol, un composé chimique naturellement produit par les fourmis pour se défendre contre les envahisseurs. Les résultats ont de quoi surprendre. Les souris-sauterelles ont exprimé de la douleur après l’injection des deux autres produits. « Cela nous a tout d’abord paru complètement ridicule, raconte Harold Zakon, le directeur de l’étude. On aurait tendance à penser que le venin induit plus de douleur que l’eau salée mais c’est l’inverse qui se produit chez les souris-sauterelles ! »

Le venin, l’antidouleur des souris-sauterelles.

Les auteurs se sont alors demandé si le venin pouvait agir comme antidouleur chez ces animaux. « Cette hypothèse semblait peu vraisemblable, mais nous avons décidé de la tester quand même. » Ils avaient vu juste. En leur injectant à la fois du formol et du venin, les souris expriment moins la douleur que lorsqu’on leur administre uniquement du formol !

Pour percer les mystères de cet effet analgésique du venin, les chercheurs ont mesuré l’activité de neurones sensoriels de souris grises ou de souris-sauterelles avec des microélectrodes. Leurs résultats montrent que le venin stimule fortement les cellules nerveuses des souris grises, mais inhibe l’activité de celles des autres souris. Pourquoi ? En y regardant de plus près, les chercheurs ont montré que le venin bloquait certains canaux à sodium des neurones des souris-sauterelles. Cela empêche alors la transmission du message de douleur jusqu’au cerveau et insensibilise les rongeurs.

Pour finir, les auteurs ont étudié la séquence des gènes codant pour ces canaux à sodium et l’ont comparée à celle de souris grises. Ils ont identifié des mutations transformant certains acides aminés neutres en acides aminés acides. Les protéines mutées issues de cette modification deviennent alors résistantes au venin.

Un régime alimentaire plus diversifié.

La douleur est un système d’alerte essentiel pour l’organisme, cela lui permet de réagir à une situation dangereuse. Peu d’animaux ont donc développé des mécanismes antidouleur. Parmi les plus connus, on trouve la mangouste qui résiste à la morsure du cobra, et le rat-taupe nu insensible aux effets du dioxyde de carbone dans ses yeux.

Selon les auteurs, l’insensibilité au venin de la souris-sauterelle servirait à enrichir son régime alimentaire et lui conférerait un avantage sélectif par rapport aux autres espèces, en particulier dans le désert, un environnement assez pauvre en nourriture.

L’ensemble de ces résultats permet de mieux connaître les mécanismes de la perception de la douleur chez les animaux et ouvre des pistes de recherche pour la mise en place d’un traitement analgésique.
Revenir en haut Aller en bas

ZOOLOGIE - Les secrets de la souris insensible au venin de scorpion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Causette :: ON CAUSE DE LA VIE COURANTE :: COIN DIVERS-
Sauter vers: