AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
BIENVENUE Invité et merci de ta présence sur le forum !

Meilleurs posteurs
makguylio
 
mimi60
 
amipolyne
 
Nat
 
lavande
 
lalie
 
linette
 
Vanille
 
Nenette
 
charlaine
 
Sondage
Un tchat, quel sujet vous intéresserait?
Les animaux
4%
 4% [ 1 ]
La famille
7%
 7% [ 2 ]
Les films, programmes télé, etc...
4%
 4% [ 1 ]
autres mais un sujet précis
0%
 0% [ 0 ]
Général (discuter un peu de tout)
71%
 71% [ 20 ]
Aucun le tchat ne m intéresse pas
14%
 14% [ 4 ]
Total des votes : 28
Statistiques
Nous avons 18 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est jordy

Nos membres ont posté un total de 87072 messages dans 3117 sujets
MÉTÉO

Partagez|

ZOOLOGIE - Abeilles : les émissions de diesel empêchent les butineuses de sentir les fleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: ZOOLOGIE - Abeilles : les émissions de diesel empêchent les butineuses de sentir les fleurs Sam 5 Oct 2013 - 15:50

Une étude publiée jeudi révèle que les polluants atmosphériques émis par les moteurs diesel peuvent perturber la capacité des abeilles à butiner. En effets, ces particules transforment le parfum dégagé par les fleurs.



Alors que le déclin des abeilles inquiète de plus en plus, c'est une découverte d'importance que viennent de réaliser des scientifiques britanniques. Au cours d'une nouvelle étude publiée dans la revue Scientific reports, ils ont constaté que les polluants atmosphériques émis par les moteurs diesel pouvaient perturber le butinage des abeilles. 

Plus précisément, "les oxydes d'azote, en particulier le dioxyde d'azote, seraient capables de perturber le processus olfactif grâce auquel les abeilles localisent les fleurs", expliquent-ils. Pour arriver là, les chercheurs de l'université de Southampton ont utilisé un mélange de synthèse reproduisant les 8 principales caractéristiques du parfum de la fleur de colza. Après avoir soumis ce parfum aux gaz d'échappement produits par un moteur diesel pendant une minute, deux des éléments étaient devenus indétectables : l'alpha-farnésène (72,5% du mélange d'origine) et l'alpha-terpinène (0,8%). Deux autres étaient devenus difficilement perceptibles.

En revanche, ce même parfum de synthèse placé dans un bocal d'air ambiant, les huit éléments du mélange sont restés parfaitement détectables. La même expérience a été réalisée avec uniquement de l'oxyde d'azote ou du dioxyde d'azote. Les résultats ont été identiques, suggérant que ce sont ces deux composés qui étaient à l'origine de ces modifications. Or, si certains éléments du parfum deviennent difficilement perceptibles ou même imperceptibles, cela est susceptible de changer complètement la signature chimique détectée par les abeilles.

Des abeilles qui ne reconnaissent plus le colza.

Pour tester l’impact sur les butineuses, les chercheurs ont donc mené une autre expérience consistant à placer des abeilles entraînées à identifier l’odeur du colza en présence du mélange de synthèse modifié et non modifié. Et… elles ne sont pas parvenues à reconnaître celui qui était pollué. "Le diesel ne se contente pas d'ajouter un élément au mélange, il modifie radicalement la chimie de tous les éléments volatils de l'environnement dans lequel l'abeille évolue", explique Tracey Newman, qui a co-dirigé cette recherche.

Or, cela pourrait forcer les abeilles à passer plus de temps à chercher des plants à butiner et à parcourir plus de distance pour en trouver, explique la scientifique. Des modifications qui ont de fortes chances de provoquer une chute dans le rendement des abeilles et "des effets sérieusement préjudiciables" sur l'activité de pollinisation.

"Les abeilles vivent dans un environnement relativement stressant et nous pensons que cette combinaison de stress peut expliquer quelques unes des pertes dramatiques dans les colonies", a précisé le Pr Guy Poppy, co-auteur de l'étude.

D'autres pollinisateurs concernés ?

La découverte est d'autant plus préoccupante que tout ceci "pourrait être également néfaste pour de nombreuses autres espèces d'insectes". Ces effets pourraient alors avoir "des impacts économiques et écologiques majeurs, en particulier s'ils se combinent avec d'autres facteurs de stress", de cette perturbation, écrivent les chercheurs. "La pollinisation est vraiment cruciale pour l'humanité".

"Environ 70% des cultures mondiales destinées à l'alimentation en ont besoin, ce qui équivaut à peu près à 35% de la production alimentaire mondiale", rappelle la scientifique citée par l'AFP. Tous animaux confondus, la valeur économique de la pollinisation est estimée à 153 milliards d'euros par an.
Revenir en haut Aller en bas

ZOOLOGIE - Abeilles : les émissions de diesel empêchent les butineuses de sentir les fleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Causette :: ON CAUSE DE LA VIE COURANTE :: COIN DIVERS-
Sauter vers: