AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
BIENVENUE Invité et merci de ta présence sur le forum !

Meilleurs posteurs
makguylio
 
mimi60
 
amipolyne
 
Nat
 
lavande
 
lalie
 
linette
 
Vanille
 
Nenette
 
charlaine
 
Sondage
Un tchat, quel sujet vous intéresserait?
Les animaux
4%
 4% [ 1 ]
La famille
7%
 7% [ 2 ]
Les films, programmes télé, etc...
4%
 4% [ 1 ]
autres mais un sujet précis
0%
 0% [ 0 ]
Général (discuter un peu de tout)
71%
 71% [ 20 ]
Aucun le tchat ne m intéresse pas
14%
 14% [ 4 ]
Total des votes : 28
Statistiques
Nous avons 18 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est jordy

Nos membres ont posté un total de 87072 messages dans 3117 sujets
MÉTÉO

Partagez|

Découvertes archéologiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Découvertes archéologiques Dim 23 Oct 2011 - 11:01

La technologie numérique au secours des temples rupestres de Chine.



A regardant les grottes de Xiangtangshan , les visiteurs ont été frappés d'admiration devant la beauté des œuvres d'art qui les ornaient. Cependant, certaines choses semblaient manquer: des zones rugueuses et vierges sur de grandes sculptures à l'endroit où il y avait les visages.

Ce sont d'énormes dégâts qui ont été faits par les pillards en ciselant des portions clés de ces chefs-d'œuvre pendant la première moitié du 20e siècle, puis en les proposant à la vente sur le marché de l'art international.


Rendu de l'istallation vidéo des grottes numérisées.

Les temples des grottes de Xiangtangshan (qui signifie "Montagne des Salles d'écho») est un groupe de sanctuaires bouddhiques sculptés directement sur des falaises de calcaire avec des images sculpturales.
Les grottes sont situées dans une zone rurale d'extraction de charbon dans la Province de Hebei en Chine méridionale; il y a un total d'une trentaine de grottes réparties entre ces trois sites.


Les dernières technologies numériques pour restaurer les trésors artistiques de ces grottes


A travers un projet pluriannuel de recherche et de reconstruction coordonné par l'Université du centre de Chicago pour l'art de l'Asie de l'Est, une équipe internationale d'experts a photographié et scanné l'intérieur des grottes, dont plus de 80 sculptures aujourd'hui dispersées parmi les musées et les collections en dehors de la Chine.

Grâce à ces techniques et cette technologie d'imagerie avancée, les chercheurs ont été capables de restaurer et de reconstruire numériquement l'apparence des sculptures et des statues à leur état originel, permettant au public et aux chercheurs de voir à nouveau ce que les anciens ont vu au cours du 6ème siècle.


Les résultats de ces travaux ont récemment été présenté dans une exposition spéciale appelée "Echoes of the Past" à l'Université de Chicago Smart Musem et le Smithsonian's Sackler Gallery à Washington, DC.

«Cette exposition est l'aboutissement d'une application imaginative de la technologie numérique, de plusieurs années de bourses d'études et d'une collaboration sans précédent avec des historiens d'art chinois et des archéologues», a déclaré Keith Wilson, directeur associé et conservateur d'art ancien chinois dans les galeries Freer & Sackler. «Les visiteurs du Musée auront une occasion unique de découvrir ces belles sculptures au sein de leur contexte historique, religieux et social d'origine. L'ensemble offre une nouvelle approche de la compréhension et de l'interprétation des sites culturels endommagés. "


Bodhisattva assis, Xiangtangshan, attribué à la grotte du Nord d'après le périmètre des niches murales, le calcaire avec des traces de pigments, Dynastie Qi du Nord, 550-577, F1913.57.

Les temples rupestres étaient des réalisations culturelles de la Dynastie Qi du Nord au VIe siècle (550-577 CE). La Dynastie Qi du Nord faisait partie de la période des "dynasties du Nors" (420-589), lorsque la partie nord de la Chine était gouvernée par les Xianbei non-chinois, et qui se sont établis dans la fin du IVe siècle par la conquête militaire.
La période des Qi du Nord a connu une période caractérisée par un brassage d'éléments non-Chinois et Chinois, y compris les mariages entre l'aristocratie Xianbei avec les élites locales chinoises.

Les arts ont ainsi prospéré dans un environnement multiculturel, ce qui a permet une interaction étroite entre les artisans chinois et non chinois, amenant à la création de nouvelles formes d'art.
Grâce à l'influence de moines éminents de l'époque, les grottes montrent des images de divinités bouddhistes, des détails architecturaux et ornementaux, et les textes des Écritures bouddhistes. Cela reflète le parrainage du bouddhisme par les fonctionnaires de la capitale à proximité de Ye.


Dernière édition par Nuit De Chine le Jeu 14 Juin 2012 - 11:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
makguylio
avatar
ADMINISTRATRICE
ADMINISTRATRICE


Féminin Capricorne Singe
Messages : 16771
Date de naissance : 26/12/1968
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 48
Localisation : Pohénégamook, Québec

MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Dim 23 Oct 2011 - 13:02

Que de travails mais ça vaut la peine.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Dim 23 Oct 2011 - 13:39

Un ancien pot romain criblé de mystère.

Un ancien vase d'argile reconstruit à partir de pièces découvertes dans un musée canadien est criblé de trous minuscules, laissant perplexes les archéologues quant à ce pourquoi il était utilisé.


Cette jarre ancienne est pleine de trous, dont un à sa base; si les scientifiques n'ont aucune idée de son utilité, ils pensent qu'il remonte à 1800 ans en Grande-Bretagne romaine.

A ce jour, personne n'a été capable d'identifier un autre artefact comme celui-ci dans le monde romain .


Le pot, de seulement 40 centimètres de haut et datant d'environ 1.800 ans, a été retrouvé brisé en 180 morceaux méconnaissables dans une salle d'entreposage du Musée d'archéologie de l'Ontario. Mais même une fois restauré, les scientifiques ont été confronté à un mystère.

"Tout le monde est perplexe en ce qui concerne ce pot," nous dit Katie Urban, l'un des chercheurs du Musée, "nous l'avons envoyé à toutes sortes de spécialistes en poteries romaines et autres poteries, et personne ne semble être en mesure de trouver un autre exemplaire."


D'où vient donc le ce pot ?

La recherche en archive montre que le pot était parmi les artefacts de Grande-Bretagne romaine qui ont été donnés au musée dans les années 1950 par William Francis Grimes, un archéologue qui est mort en 1988. L'équipe de Grimes avait creusé un cratère de bombe datant de la Seconde Guerre mondiale à Londres, en Angleterre, non loin d'un temple antique dédié à Mithra, dieu iranien qui était populaire dans tout l'Empire romain.

Urban a toutefois averti qu'il n'est pas certain que le pot vienne de cette fouille. L'artefact ne semble pas être sur la liste des objets provenant de Grimes. "Comment s'est-il retrouvé dans notre collection ? Cela n'est pas cent pour cent clair, nous essayons encore de comprendre", a expliqué Urban.

Il y a une petite chance que ce mystérieux vase provienne d'Irak, car une autre collection d'artefacts trouvée dans le stockage du musée vient de l'ancienne ville d'Ur. Ils ont au moins 5000 ans.

Leonard Woolley, un archéologue connu pour la découverte d'une riche série de tombes royales à Ur, les avait mis au jour en 1931 et les avait envoyé au British Museum. Le musée, à son tour, les a envoyé à la University of Western Ontario en 1933 comme cadeau.


A quoi a-t-il pu servir ?

La question dans l'esprit de toute l'équipe était la suivante: Pourquoi un Romain a crée un pot plein de trous?

"Il y a beaucoup d'options différentes, beaucoup d'entre elles impliquent soit une lampe ou une sorte de récipient animal", explique Urban , ajoutant que si les trous minuscules servaient à laisser passer la lumière, le trou à sa partie inférieure suggère que ce ne pouvait être une lampe.

Une autre possibilité est que le pot était utilisé pour stocker les loirs; les textes anciens suggèrent qu'ils étaient un casse-croûte populaire pour les Romains. Ainsi, une ancienne recette suggère ceci: "farcie avec une farce de porc et de petits morceaux de viande de loir, le tout pilé avec du poivre, des noix, du bouillon." Alors, "mettre le loir ainsi farcie dans un plat en terre, faire rôtir dans le four, ou la faire bouillir dans la marmite. "

Cependant, pour Urban, le problème avec cette théorie est que les pots à loirs ailleurs dans le monde romain ont un aspect très différent de ce pot à trous. Les boites à rongeurs étaient équipées d'une rampe qu'ils pouvaient escalader.

Une autre théorie est que le pot a pu contenir des serpents, suffisamment gros pour ne pas pouvoir se glisser à travers les trous. Les serpents étaient un symbole religieux populaire à travers le monde antique.

L'artefact est actuellement exposé au Musée d'archéologie de l'Ontario dans le cadre d'une exposition sur Ur et la Grande-Bretagne romaine.
Revenir en haut Aller en bas
makguylio
avatar
ADMINISTRATRICE
ADMINISTRATRICE


Féminin Capricorne Singe
Messages : 16771
Date de naissance : 26/12/1968
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 48
Localisation : Pohénégamook, Québec

MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Dim 23 Oct 2011 - 15:56

c'est ce que j'ai pensé en le voyant un pot pour mettre des serpents....

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Dim 23 Oct 2011 - 15:59

Un navire marchand du 5ème siècle découvert intact à Istanbul.

Lors de fouilles archéologiques sur ​​le site de construction Yenikapı Marmaray à Istanbul, l'épave la mieux conservée à ce jour, un navire marchand dont le contenu et les pièces en bois sont en excellent état, a été révélée.



Les archéologues pensent que le navire remonte au quatrième ou cinquième siècle et qu'il a coulé au cours d'une tempête.

Les fouilles ont commencé en 2004 sur le chantier et l'on est remonté jusqu'à 8500 années en arrière dans l'histoire d'Istanbul.
Des squelettes, les restes d'une ancienne chapelle, des empreintes de pieds, en plus de 35 épaves, ont été découverts par les archéologues jusqu'à aujourd'hui.


Le plus remarquable sont les amphores qui sont encore en parfait état.

Longue de 15 à 16 mètres et large de six mètres, l'épave contient des douzaines d'amphores trouvées en mai dernier. Le navire était complètement enfoui dans la boue et l'atmosphère sans oxygène a protégé le bateau et son contenu de la détérioration.
Le navire était chargé de petits poissons, d'amandes, de noix, de noisettes, de graines de melon, d'olives, de pêches et de pommes de pin. le tout dans un état incroyable.

Songül Coban, un archéologue sur le chantier de fouilles, estime qu'ils ont besoin de deux mois supplémentaires pour mettre complètement à jour l'épave. Elle a été trouvée à quatre/cinq mètres en dessous du niveau de la mer, et la richesse du contenu demande beaucoup de temps et de précision.

Le navire de Yenikapı est l'un des meilleurs exemples d'épave dans le monde en termes de structure et de cargaison.
Lorsque l'épave a été découverte, la boue qui la recouvrait a été déblayée et la couche supérieure d'amphores endommagées a été retirée pièce par pièce; après quoi l'équipe a commencé à enlever les amphores intactes en dessous. Une fois que tous les artéfacts seront récupérés, la coque du navire sera donnée à l'Université d'İstanbul.

Les clous en bronze trouvés sur le navire ont permis de donner des indices sur l'âge du navire. On estime que des clous en bronze ont été utilisés dans la construction des navires à partir du quatrième ou cinquième siècle. Auparavant, ils n’utilisaient que des chevilles en bois.
Des informations sur la destination du navire et peut-être même sur son port d'attache devraient pouvoir être déduites par le biais des artefacts trouvés à bord.


Plus de 150.000 pièces sont encore à l'étude

Les fouilles archéologiques du port de Théodose (ce port baptisé Eleuthérion, puis agrandi sous le nom de port de Théodose, ou Theodosius, fut en usage jusqu'à la fin du Moyen-âge) sur le site de construction de Yenikapı Marmaray a commencé en 2004; depuis 40 000 artefacts ont été enregistrés, tandis que plus de 150.000 pièces sont encore à l'étude.

À ce jour, 35 navires naufragés qui ont coulé entre le cinquième et onzième siècle ont été découverts; 30 sont des navires marchands équipés de voiles, tandis que les autres sont des galères avec des rames. Les fouilles à Yenikapı ont donné le plus grand nombre d'épaves sur un même site à ce jour.

C'est une équipe de 45 archéologues et 265 personnes, composée d'architectes et d'historiens d'art, qui travaille encore sur le site de fouilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Lun 24 Oct 2011 - 11:32

Une tombe découverte sur le site de la carrière de Stonehenge.

Le tombeau d'un constructeur de Stonehenge pourrait avoir été découvert lors de fouilles sur un site au Pays de Galles. En effet, le site Carn Menyn, dans les collines de Preseli, est l'endroit où les pierres bleues utilisées pour construire la première phase du cercle ont été extraites en 2300 avant JC.



La matière organique trouvée sur le site sera datée au radiocarbone. Les archéologues espèrent que cela pourrait donner un lien concluant entre ce site et Stonehenge.

Les restes d'un monument cérémoniel ont été trouvés avec un côté qui semble constitué d'une paire de pierres debouts, noyées dans la masse.
Les pierres bleues de la première phase de Stonehenge - également mises en paires - donnent un lien architectural direct du site emblématique avec ce nouveau monument découvert au pays de Galles.

Le tombeau, qui est un cairn de passage - un style typique du monument funéraire néolithique - a été placé sur ce henge.

Le lien entre Stonehenge et le site gallois a d'abord été suggéré par le géologue Thomas Herbert en 1923. Cela a été confirmé en 2008 lorsque la permission a été accordée pour creuser à l'intérieur du cercle de pierres pour la première fois en 50 ans.
Les pierres bleues ont été transportées depuis les collines sur plus de 240 km jusque dans les plaines, dans le Wiltshire, afin de créer Stonehenge, le plus connu de tous les monuments préhistoriques de Grande-Bretagne.

Deux des principaux experts sur Stonehenge, les professeurs Geoff Wainwright et Timothy Darvill, ont mené le projet à Carn Menyn. Ils sont actuellement sur les fouilles de cette tombe néolithique pillée, construite juste à côté de la carrière d'origine.

Selon le professeur Darvill, "c'est un petit morceau de chirurgie de précision dans un monument important, mais cela a effectivement répondu parfaitement à nos attentes."
La région a de nombreuses sources, qui peuvent avoir été associées à la guérison rituelle à l'époque préhistorique - et leur existence peut être la raison pour laquelle ces pierres ont été extraites vers un autre monument situé aussi loin.

Pour le professeur Wainwright, "la chose importante est que nous avons ici un monument cérémoniel qui est antérieur à ce tombeau. Nous avons certainement eu une personne très importante qui peut avoir été à l'origine du transport de ces pierres."



Termes archéologiques :

Henge : Un henge (mot anglais) est une structure architecturale préhistorique presque circulaire ou ovale, délimitant généralement une zone de plus de 20 mètres de diamètre comprenant une limite de terrassement composée d'un fossé et d'un talus.

Caractéristiques :

Le terrassement permet d'accéder à l'intérieur par une, deux ou quatre entrées. Les composants internes peuvent comprendre un portail, des cercles de bois, des enclos de poteaux, des cercles de pierres, des ensembles de quatre pierres, des monolithes, des poteaux isolés, des puits, des cuvettes, des alignements de poteaux ou de pierres, des monuments funéraires, un monticule central et des trous de piquets.

L'inefficacité défensive de leur talus avec fossé intérieur (cas le plus fréquent) conduit à considérer les henges non comme des ouvrages de défense, mais comme des centres cultuels ou rituels.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Lun 24 Oct 2011 - 11:52

Les archéologues découvrent un palais Maya de 2000 ans au Mexique.

Une équipe de spécialistes mexicains a découvert les restes d'un palais Maya vieux de 2000 ans dans un site archéologique, au sud-est de l'état du Chiapas.

"Cette découverte constitue la première preuve architecturale d'une occupation précoce des anciennes cités mayas au-dessus du bassin Usumacinta," dans la jungle Lacandone, a précisé l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) dans un communiqué.



Le directeur du projet, Luis Alberto Martos, a expliqué que cette nouvelle découverte a été faite dans une cour encaissée située dans la partie nord du site archéologique du Plan d'Ayutla et représente la première preuve d'occupation de cette zone entre 50 avant JC et 50 après JC.

Martos a ajouté que les premières preuves concrètes de l'occupation maya de cette région remontaient, auparavant, à seulement 250 après J.-C.

Le palais se compose de chambres avec des murs de presque un mètre de largeur, dont les angles sont arrondis, une caractéristique précoce de l'architecture maya.

Un siècle plus tard, les Mayas ont démonté le palais pour en remplir la cour afin d'élever le niveau des autres bâtiments. Cela explique pourquoi les restes inférieurs du palais ont été préservés.

Les constructions ultérieures ont été érigées entre 250 et 800 après JC et correspondent à la période classique, lorsque ce site a joué un rôle politique important.

Ces recherches devraient permettre de fournir un regard plus profond sur l'interaction politique et l'intégration dans cette région; en effet, c'est une zone où plusieurs royaumes étaient en conflits donnant lieu à de multiples batailles et alliances.

Martos a ajouté que le travail sur ce site a donné une nouvelle vision de la longue séquence d'occupation dans cette région, depuis le début de l'ère jusqu'à à l'an 1000; une période de «10 siècles se reflète dans l'architecture du lieu."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mar 25 Oct 2011 - 15:21

Italie : un squelette qui pourrait être contemporain d'Otzi...

Il y a quelques semaines, lors de travaux d'agrandissement dans une école maternelle, des travailleurs italiens ont déterré un squelette de femme bien conservé.
Elle pourrait être relativement contemporaine d'Ötzi, la célèbre momie (l'homme de glace) découverte il y a 20 ans dans un glacier du sud du Tyrol.


La "Dame d'Introd" ou "petite amie Ötzi" a été trouvée dans le petit village alpin d'Introd, dans le Val d'Aoste.

D'après les archéologues et anthropologues, la femme a été déposée sur le côté droit, avec sa tête face à l'ouest, depuis environ 5.000 ans.

La datation au troisième millénaire avant JC a été basée sur la position d'inhumation du squelette et de la stratigraphie, a expliqué Vittorio Anglesio, Maire d'Introd. «Elle semble avoir été enterrée sans mobilier funéraire. Cependant, nous allons étendre la fouille afin de mieux enquêter sur la zone», a-t-il dit.

Transférés dans un laboratoire, les restes du squelette sont actuellement analysés afin d'évaluer le régime alimentaire, l'âge au moment du décès, les maladies possibles et les causes de décès.

Selon Kristina Killgrove , une anthropologue biologiste à l'Université de Caroline du Nord, de nouvelles recherches sur l'alimentation de la femme seraient particulièrement intéressantes: «Peu de preuves directes de l'alimentation humaine ont été trouvées sur cette période. La préservation d'Ötzi, bien sûr, fournit une information inégalée sur son alimentation, mais il serait fascinant de voir l'analyse des isotopes stables réalisés sur ce squelette, qui vivait à la même époque et est aussi mort dans les Alpes».

Elle estime que la "Dame d'Introd" a probablement exploité des ressources alimentaires différentes; en effet plusieurs centaines de kilomètres la séparait d'Ötzi. "nous en savons encore très peu sur ce que les gens mangeaient comme céréales à cette époque; aussi, la Dame d'Introd pourrait fournir des preuves directes d'une alimentation composée de blé, d'orge ou de millet,".
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mer 26 Oct 2011 - 11:16

Une probable cité-état mise au jour dans la vallée du Jourdain.

Les archéologues ont mis au jour les vestiges d'une cité-état qui pourrait élargir considérablement notre connaissance de la civilisation antique en Jordanie, dans les riches terres agricoles de la vallée du sud du Jourdain.



C'est à 14 km au nord-est de la mer Morte, dans la vallée méridionale du Jourdain, que se trouve cet immense tertre.
Les études et fouilles récentes ont révélé qu'il renfermait une longue histoire d'occupation humaine datant de l'époque islamique jusqu'à, au moins, la période chalcolithique (4500 - 3600 avant notre ère).

Parfois appelée la "Reine de la vallée du sud de la Jordanie", cette zone est la plus importante parmi un groupe de sites antiques qui, collectivement, parsèment cette vallée agricole et fertile.

L'ensemble est situé à cheval sur les anciennes routes commerciales et les sources d'eau, avec une vue imprenable sur la zone identifiée par un certain nombre de savants comme étant la plaine du Jourdain.
Il n'est donc pas étonnant que l'on y retrouve les traces d'une grande ville antique.


Des murs de six mètres d'épaisseur...

Des fouilles archéologiques ont ainsi révélé que le site était ceinturé par un mur de 6 mètres d'épaisseur datant de l'Age du Bronze ancien (3600-2350 avant J.-C.), avec des remparts en argile et terre battue.

Au sommet du tertre ont été trouvées des ruines monumentales de l'Âge du Fer; elles sont aussi entourées de murs de trois mètres d'épaisseur.

Depuis 2005, le Dr Steven Collins et une équipe d'archéologues, d'étudiants et de bénévoles de l'Université Trinity Southwest, en collaboration avec le Département des Antiquités du Royaume hachémite de Jordanie, ont mené des fouilles à grande échelle sur le site de Tall el-Hammam.


Ces fouilles ont révélé, en plus des caractéristiques monumentales déjà mentionné, des fortifications rénovées datant de la période intermédiaire du bronze (2350 - 2000 avant notre ère).

Au Bronze Moyen (2000 - 1550 avant notre ère), ce sont des fortifications massives avec des massifs tabulaires jusqu'à 50 mètres d'épaisseur qui ont été mis à jour.

A l'âge du fer (1300 - 600 avant notre ère) ont été trouvées des ruines avec une passerelle cloisonnée et des tours, ainsi que des structures hellénistiques, romaines et byzantines incluant une somptueuse résidence, un aqueduc, un système d'eau ou de complexes de bain, et ce qui pourrait être les restes de garnisons militaires.

Le site (voir la butte immense ci-dessous), avec son emplacement stratégique et les anciennes villes des environs positionnées autour amène les archéologues à penser qu'il s'agit là de l'épicentre d'une grande cité-état complexe qui a prospéré au cours de l'âge du Bronze. Cette Cité-Etat devait avoir une influence décisive sur le commerce et peut-être aussi sur une large bande de la plaine du sud de la Jordanie.



Des fouilles révélant une mine d'informations

Les recherches ont apporté un trésor de nouvelles informations qui devraient faire la lumière sur cette zone qui a laissé aux archéologues des questions sans réponses pendant des années. Les fouilles de Tall el-Hammam apportent des éléments significatifs dans les carences en connaissances à la fois pour l'âge du bronze et aussi pour l'âge du fer dans le croissant fertile en Jordanie.

Ce qui distingue le plus ce site des autres du même genre, cependant, sont les remarquables points de concordance entre la ville antique et les changements climatiques survenus au cours de l'Age du Bronze; des modifications qui ont affecté de nombreuses civilisations florissantes ou villes de cette période.

En outre, et peut-être plus étonnant, est la soudaine destruction et disparition de cette cité-Etat à la fin de l'Age du Bronze Moyen, suivie par un écart de 500 à 700 l'année où le site et les villes satellites sont restées inoccupées alors que les villes de l'ouest, du nord et de l'est poursuivaient leur évolution dans l'Age du Bronze.

Pourquoi les "plaines bien arrosées du Jourdain" n'ont pas été réoccupées pendant tant de siècles demeure encore un mystère. Que les terres agricoles les plus productives dans la région, qui avaient soutenu des civilisations florissantes depuis au moins 3000 ans, puis qui ont soudainement été abandonnées sur une si longue période de temps, demande à ce que l'on fasse des recherches avancées sur ce site.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mer 26 Oct 2011 - 11:20

Moyent-Orient : Comme à Nazca, des centaines de géoglyphes visibles du ciel.



Ces structures s'étendent de la Syrie à l'Arabie saoudite, peuvent être vu en hauteur mais pas du sol, et sont quasiment inconnues du grand public.

Il s'agit de la version du Moyen-Orient des lignes de Nazca, des anciens géoglyphes ou dessins qui couvrent les déserts du sud du Pérou.

Des roues de pierre par centaines.

Grâce à la technologie des nouveaux satellites cartographes et d'un programme de photographie aérienne en Jordanie, les chercheurs en ont découvert un grand nombre comme jamais auparavant. Ils ont ainsi dépassé le millier.

Désigné par les archéologues comme des «roues», ces structures en pierre ont une grande variété de modèles, avec, comme base commune, un cercle avec des rayons à l'intérieur.
Les chercheurs estiment qu'elles remontent à l'Antiquité, il y a au moins 2.000 ans. Ces structures se retrouvent souvent dans des champs de lave et vont de 25 mètres à 70 mètres de diamètre.

"Rien qu'en Jordanie nous avons des structures en pierre qui sont beaucoup plus nombreuses que les lignes de Nazca, sur une zone bien plus vaste", a déclaré David Kennedy, un professeur de lettres classiques et d'histoire ancienne à l'Université d'Australie occidentale. Ses dernières recherches révèlent que ces roues font partie d'une variété de paysages de pierres que l'on peut définir en 3 catégories:
- Les cerfs-volants (structures de pierre utilisées pour canaliser et tuer des animaux,
- Les pendentifs (lignes de cairns qui partent des sépultures),
- Les murs, les mystérieuses structures qui serpentent à travers le paysage jusqu'à plusieurs centaines de mètres et qui n'ont pas d'utilisation pratique apparente.

Des tracés repérés du ciel depuis les années 1920

Les études de son équipe font partie d'un projet à long terme de reconnaissance aérienne qui se penche sur les sites archéologiques à travers la Jordanie.
Kennedy et ses collègues sont perplexes quant à l'explication de l'utilité de ces structures et quant à leur signification.

D'abord spécialisé en archéologie romaine, Kennedy a été fasciné par ces structures lorsque, en tant qu'étudiant, il a lu les comptes rendus des pilotes de la Royal Air Force survolant ces régions dans les années 1920. En effet, en 1927, le Lieutenant Percy Maitland publie un compte rendu sur les ruines dans le journal Antiquity. Il a rapporté les rencontrer plus souvent dans les "pays de lave" et a ajouté que les structures de pierre sont connues des bédouins comme les «œuvres des hommes vieux».

Kennedy et son équipe ont étudié les structures à l'aide de photographies aériennes et Google Earth , car ces "roues" sont difficiles à distinguer au niveau du sol. Les dessins on sûrement dû être plus clair lors de leur construction: "Les gens ont sans doute marché dessus pendant des siècles, des millénaires, sans avoir idée de ce que la forme avait pu être."

Des structures pour l'heure inexpliquées

Quel était leur utilité ? Jusqu'ici, aucune des roues n'a fait l'objet de fouilles, ce qui rend leur datation, et la compréhension de leur but, difficile.

Les archéologues qui les avaient étudié avant l'ère Google Earth ont supposé qu'elles pouvaient être les vestiges de maisons ou de cimetières. Mais Kennedy pense qu'aucune de ces explications n'est plausible: "Il semble y avoir une certaine continuité culturelle globale dans cette zone; ici les gens sentaient qu'il y avait un besoin de construire des structures qui étaient circulaires."
Certaines de ces roues ont été retrouvées isolées tandis que d'autres sont regroupées. À un endroit, près de l'oasis d'Azraq, des centaines d'entre elles peuvent être trouvées et rassemblées dans une douzaine de groupes. "Certaines de ces collections autour d'Azraq sont vraiment remarquables", ajoute Kennedy.

En Arabie saoudite, l'équipe a trouvé des styles de roues qui sont assez différentes: certaines structures sont même rectangulaires; d'autres sont circulaires, mais contiennent deux rayons formant une barre souvent alignée dans la direction du soleil levant et couchant.

En Jordanie et en Syrie, ces structures présentent des rayons plus nombreux et ne semblent pas être alignés sur des phénomènes astronomiques. "En regardant un grand nombre d'entre eux, sur un certain nombre d'années, je n'ai pas été frappé par un motif se répétant dans la manière dont les rayons ont été aménagés", explique Kennedy.

Les chercheurs ont remarqué que les roues se retrouvent souvent au-dessus des structures en "cerfs-volants", qui peuvent remonter jusqu'à 9000, mais jamais l'inverse. Pour Kennedy, "Cela suggère que les roues sont plus récentes que les cerfs-volants".

Des roues ? que dis-je, des géoglyphes...

Amelia Sparavigna, professeur de physique au Politecnico di Torino en Italie, pense que ces structures peuvent être appelées géoglyphes de la même manière que les lignes de Nazca. «Si nous définissons un géoglyphe «comme un large signe sur le sol d'origine artificielle, les cercles de pierres sont donc des géoglyphes».
La fonction des roues peut aussi être mise en parallèle avec les dessins énigmatiques dans le désert de Nazca. "Si l'on considère, plus généralement, les cercles de pierres comme des lieux de culte des ancêtres, ou des lieux pour des rituels liés à des événements astronomiques ou saisonniers, ils pourraient avoir la même fonction que les géoglyphes d'Amérique du Sud. La conception est différente, mais la fonction pourrait être le même, " ajoute-t-elle.

Pour l'heure, la signification de ces roues reste toujours un mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 28 Oct 2011 - 8:31

Alaska : De curieux disques d'argile découverts dans un parc national.



Un ensemble curieux de disques d'argile préhistoriques ont été découverts dans le parc national de Noatak au nord-ouest de l'Alaska.
Cette découverte a conduit les archéologues à penser qu'ils ont rencontré un nouvel aspect du passé de la région.

L'équipe, dirigée par Scott Shirar, un chercheur archéologue du Musée du Nord de l'Université d'Alaska, s'était dirigée vers Noatak pour enquêter sur une zone où des pétroglyphes sur des rochers et les restes de plusieurs habitats préhistoriques avaient été découverts le long du lac Feniak dans les années 1960 et 1970.

Lorsque les archéologues ont fait quelques petites fouilles sur le site, ils sont découverts ces quatre "disques". "Le premier ressemble à une petite pierre qui avait quelques marques sur elle", a dit Shirar dans un communiqué de l'université, "nous avons vraiment été intrigué lorsque nous avons trouvé le second avec un trou en son centre et des gravures plus complexes dessus. Nous avons alors réalisé que nous avions quelque chose d'unique."



Pour l'instant l'hypothèse est que le site a été occupé à la fin de la Préhistoire, mais ce n'est qu'une petite superficie qui a été explorée pour le moment.
La signification exacte des pétroglyphes, ainsi que les dessins sur les disques d'argile, est encore inconnue, mais leur valeur est claire pour Shirar: "Ces objets et ces lieux avait clairement une signification particulière pour leurs fabricants. Ces découvertes sont un rappel tangible de la vie spirituelle riche et intellectuelle qu'ils ont pu avoir."

L'équipe a visité le site pour documenter l'art rupestre mais aussi pour creuser le sous-sol des habitats; ceci afin de trouver des échantillons pour la datation au radiocarbone, tels que des os d'animaux ou d'autres matières organiques qui vont donner aux scientifiques une meilleure idée de l'épque à laquelle vivaient ces gens.

Bien que l'art rupestre préhistorique est commun dans des endroits comme le sud-ouest américain, il est extrêmement rare dans l'intérieur et le Nord de l'Alaska.

Alors que sur place, l'équipe de Shirar a travaillé pour documenter les pétroglyphes trouvés sur les rochers. Mareca Guthrie, la gestionnaire de la collection des beaux-arts du Musée du Nord de l'Université d'Alaska a rejoint l'expédition pour faire des croquis et prendre des tracés des rochers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 28 Oct 2011 - 8:37

Un nouveau cercle de pierres bleues près de Stonehenge ?

Le Stonehenge Riverside Project suggère que le cercle de pierres bleues galloises se trouvant à l'extrémité sud de l'avenue pourrait bien avoir été ovale, et non rond.
Si cela se confirme, il ferait écho à la disposition en ovale des pierres bleues (Bluestones) au centre de Stonehenge.



Henry Rothwell, chef créateur chez Heritage Data Solutions, explique ainsi que "le modèle numérique a été créé dans le cadre d'une prochaine application Smartphone intitulée "Voyage à Stonehenge". Lorsque nous avons construit le premier modèle nous nous sommes retrouvés avec une représentation circulaire assez standard. Nous avons utilisé une photographie aérienne à basse altitude prise par Adam Stanford. Cela nous montrait toute l'étendue des fouilles, y compris les trous ayant contenu les pierres bleues (L'équipe du Stonehenge Riverside Project y avait placé des seaux renversés noirs). "

Cependant, en travaillant sur la reproduction, Adam a remarqué un autre seau retourné à l'extrême droite de l'image, qui avait été omis sur le modèle original.

Rothwell poursuit ainsi: "Initialement, nous avons essayé l'expansion de la circonférence du cercle pour le faire rentrer, mais cela ne fonctionnait pas; alors nous avons créé un ovale, ce qui cadrait parfaitement. C'est une configuration qui est très semblable à l'ovale des pierres bleues au centre de Stonehenge."
Si cette interprétation est correcte, cela ajoute une nouvelle donnée aux relations entre les monuments qui se trouvent à chaque extrémité de l'Avenue.



Ce qu'avaient montré les fouilles de 2009.

Les archéologues de l'Université de Sheffield et d'autres universités avaient déjà découvert ce cercle de pierres perdu à quelques centaines de mètres de Stonehenge, sur la rive ouest de la rivière Avon en 2009.
Les pierres ont été enlevées il y a des milliers d'années, mais la taille des trous dans lesquels elles se tenaient indiquent que ce fut un cercle de pierres bleues, apportées depuis les montagnes Preseli de Galles, à 240 kilomètres.
Les fouilles en Août-Septembre 2009 ont révélé neuf trous de pierres bleues et une partie d'un cercle de pierres classiques, probablement au nombre de 25.

Ce monument avait 10 mètres de diamètre et était entouré d'un henge: il s'agit d'une structure architecturale préhistorique presque circulaire ou ovale, délimitant une zone comprenant une limite de terrassement composée d'un fossé et d'un talus.

Ces pierres dressées marquent l'avenue qui mène de la rivière Avon à Stonehenge: c'est une voie processionnelle, de 2,8 km de longueur, construite à la fin de l'âge de pierre (néolithique).

Le henge externe autour des pierres a été construite autour de 2400 avant JC, mais des pointes de flèches trouvées dans le cercle de pierres indiquent que les pierres ont été mis en place 500 ans plus tôt. Elles ont été traînées de Galles à Wiltshire il y a 5.000 ans.

Des liens avec Stonehenge qui se précisent.

Lorsque le cercle de pierres nouvellement découvert a été démonté par les gens du néolithique, il est possible qu'elles aient été traînées le long du parcours de l'avenue jusqu'à Stonehenge, afin d'être incorporées dans sa reconstruction vers 2500 avant JC.

Les archéologues savent que, après cette date, Stonehenge se composait d'environ 80 pierres galloises et 83 locales, les pierres sarsen.
Certaines des pierres bleues qui se trouvait autrefois au bord du fleuve sont probablement maintenant dressées dans le centre de Stonehenge.
Seul le programme de la datation au radiocarbone pourrait clarifier la séquence des événements.

La découverte de ce cercle de pierre pourrait bien être la confirmation de la théorie du Stonehenge Riverside Project, selon laquelle la rivière Avon relie le "domaine des vivants" (marqué par des cercles de bois et des maisons en amont dans le village néolithique de Durrington Walls, découverts par le projet en 2005 ) au "domaine des morts" que symbolise Stonehenge et ce nouveau cercle de pierre.

Il n'existe pas d'élément pouvant montrer que le cercle avait une orientation particulière ou même une entrée. La terre qui est tombée dans les trous où les pierres ont été enlevées était pleine de charbon, montrant que beaucoup de bois a été brûlé.
Pourtant, ce n'était pas un endroit où les gens vivaient: les poteries, les ossements d'animaux, les résidus alimentaires et les outils de silex utilisés dans la vie domestique pendant l'Age de pierre y sont absents.

La forme du Henge de pierres bleues est toujours ouverte pour les ré-interprétations, car l'ensemble du monument n'a pas été encore entièrement fouillé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Jeu 14 Juin 2012 - 11:13

Une importante chambre funéraire découverte à Pachacamac.



Une équipe d'archéologues de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) a découvert un tombeau spectaculaire contenant plus de quatre-vingts squelettes d'âges différent au Pérou.

Cette découverte, provisoirement datée de près de 1000 ans, a été faite sur le site de Pachacamac, qui est actuellement à l'étude pour obtenir le statut de patrimoine mondial de l'UNESCO. Pachacamac est situé sur la côte Pacifique, à environ trente kilomètres de Lima, et est l'un des plus grands sites pré-hispaniques d'Amérique du Sud.

Le professeur Peter Eeckhout, sous les auspices de l'ULB, a effectué les fouilles sur le site au cours des 20 dernières années. La saison 2012 a entraîné des découvertes particulièrement remarquables.

L'équipe du Projet Ychsma a entrepris d'enregistrer et de fouiller une série d'installations de stockage Incas (15e-16e c. Après JC), ainsi qu'un cimetière plus ancien qui avait été détecté au cours de travaux d'exploration en 2004.
C'est à cet endroit, juste en face du Temple de Pachacamac, que la découverte la plus importante a été faite: des sépultures dispersées de périodes tardives cachant une énorme chambre funéraire de 20m². Par miracle, elle a survécu au pillage de l'époque coloniale (qui a été particulièrement intense sur ce site) et est complètement intacte.

Les restes de plus de 70 squelettes et momies.

Le tombeau est de forme ovale, creusé dans la terre et recouvert d'un toit de roseaux supporté par des troncs d'arbres taillés et sculptés. Une douzaine de nouveau-nés et de jeunes enfants ont été enterrés autour du périmètre, leurs têtes orientées vers la tombe.
La chambre principale est séparé en deux sections par un mur de briques de boue. A l'intérieur des chambres, les archéologues ont découvert les restes de plus de 70 squelettes et momies (dont beaucoup sont encore conservées dans leur enveloppe), le tout dans la position fœtale caractéristique.
Les sépultures concernent des individus des deux sexes et de tous âges. Elles sont souvent accompagnés de récipients en céramique, d'animaux (chiens, cochons d'Inde), d'objets en cuivre et en alliage d'or, de masques (ou des fausses têtes) en bois peint, de calebasses, etc...
Ces objets sont actuellement en cours de restauration et d'analyse.

Les bébés et les jeunes nourrissons étaient particulièrement nombreux.
L'équipe d'anthropologues physiques, sous la direction du Dr Lawrence Owens (Université de Londres), ont supposé la possibilité d'une relation génétique entre la plupart des individus, sur la base de certains traits morphologiques notés sur les squelettes.
Certaines personnes ont subi des blessures mortelles, des traumatismes physiques ou des maladies graves.

Une présence importante de la maladie dans les squelettes de Pachacamac.

Des travaux antérieurs menés par le Projet Ychsma ont révélé la présence de maladie dans les squelettes. Cela suggère que les personnes touchées, comme en témoigne des sources incas, se sont rendues sur le site à la recherche d'un remède: une sorte de Lourdes préhispanique.

Le professeur Eeckhout et ses collègues sont en train d'effectuer des analyses de laboratoire visant à répondre à de nombreuses questions qui ont surgi au sujet de cette découverte, et comment la replacer dans le contexte plus large du site et de la période en question: les nourrissons ont-ils été sacrifiés ? Les corps ont-ils tous été enterrés à la même période comme une sorte de sépulture commune, ou est-ce que la chambre a été réutilisée sur de plus longues périodes de temps un peu comme une crypte ? Les individus provenaient-ils de Pachacamac ou de plus loin ? Ont-ils appartenu à la même famille ou à un groupe plus large de parenté ? Quelle a été la cause de leur mort ...?

Les objets trouvés dans la tombe ont permis de la dater, par leur style, à environ 1000 après JC. Mais il faudra une confirmation radiométrique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 15 Juin 2012 - 4:20

c' est hyper interessant merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 15 Juin 2012 - 13:47

Découvertes des premiers jumeaux préhistoriques ibériques.



Des chercheurs de l'Université Autonome de Barcelone (UAB) ont découvert les restes de nouveau-nés jumeaux sur le site archéologique d'Olèrdola à Barcelone.

Ces squelettes sont datés entre le milieu du 4ème siècle avant JC et le début du 2ème siècle avant JC.
Ce sont les premiers ossements de jumeaux (dans ce cas de jumelles...) à être recensés à ce jour: "C'est le premier cas documenté dans la péninsule ibérique. Il a souvent été question de possibilité de jumeaux, mais les données recueillies sur le terrain jusqu'ici n'ont jamais été suffisantes pour pouvoir en être certain," explique Eulalia Subira , chercheur à l'UAB et co-auteur de l'étude publiée dans l'International Journal of Osteoarchaeology.

Les restes ont été trouvés sur le site archéologique de Sant Miquel d'Olèrdola en Catalogne et ils appartiendraient à deux filles ayant entre 38 et 40 semaines de gestation. Elles ont été enterrées en même temps dans la même tombe avec leurs jambes entrelacées.

D'après l'étude, "aucun de ces restes osseux ne montrent de signes pathologiques ayant pu causer la mort, mais cela a pu être une conséquence de la grossesse ou d'un accouchement difficile. Le manque d'hygiène était suffisant pour entrainer la mortalité infantile et maternelle dans les temps préhistoriques."
Afin d'en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont utilisé des méthodes d'anthropologie médico-légale, tout d'abord pour déterminer l'âge et le sexe. "Le spécialiste qui a effectué cette analyse l'a fait en «aveugle». C'est-à-dire qu'il n'était pas au courant que les deux individus avaient été trouvés côté à côte et qu'ils pouvaient être des jumeaux."

L'âge des jumelles a été estimée en prenant les germes des dents, la longueur des os et l'état de l'ossification. En outre, les experts ont utilisé des photographies du site pour voir si elles avaient été enterrées en même temps ou pas. Les archéologues ont indiqué que les restes avaient été trouvés dans la même tombe.

Subirà précise qu' "ils ont également réalisé une analyse d'ADN, mais qu'il n'était pas possible d'obtenir des données d'ADN sur l'un des individus, malgré la répétition prise d'échantillonnage et d'analyse."

Les enfants enterrés près de leurs mères.

Cette découverte offre de nouvelles informations aux nombreux cas documentés de sépultures d'enfants au cours de l'âge ibérique, lorsque les enfants périnataux n'étaient pas enterrés dans les cimetières. "Le site archéologique Olèrdola est lui-même très intéressant, il a toujours été dit que tout au long de l'âge ibérique les enfants nouveau-nés n'étaient pas été enterrés dans des cimetières. Dans ce cas, ils ont été trouvés dans un zone de tannage du cuir, donc dans un espace consacré au travail ", souligne Subirà.
Pour le chercheur, la recherche d'enfants nouveau-nés enterrés dans une zone de travail pourrait indiquer que c'était là où les mères avaient l'habitude de travailler. Cela fournit des informations sur la société et la relation d'attachement que les parents avaient avec les nouveau-nés décédés.
"La reconnaissance de ce type de sépulture sera d'une grande aide dans l'avenir quand il s'agit de l'interprétation de l'impact socio-culturel de l'arrivée de jumeaux dans une population pré ou proto-historique, de leur traitement et de leur espérance de vie. Nous travaillons actuellement dans le même site archéologique, mais sur des vestiges les plus récents",conclut le chercheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 15 Juin 2012 - 13:50

Une centaine de nouveaux guerriers en terre cuite découverts en Chine.



Des archéologues chinois ont découvert 110 nouveaux guerriers de terre cuite qui étaient enterrés depuis plusieurs siècles. Il s'agit d'une partie de la célèbre armée construite pour garder le tombeau du premier empereur de Chine.

Les personnages grandeur nature ont été mis au jour, sur les trois dernières années, à proximité du mausolée de l'empereur Qin dans la ville de Xi'an en Chine du nord. Les archéologues ont également découvert 12 chevaux en terre cuite, des morceaux de chars, d'armes et d'outils.

"La fouille sur les 200-mètres carrés (2,152 pieds carrés) du site a donné un total de 110 personnages en terre cuite," précise Shen Maosheng du Qin Shihuang Terracotta Warriors and Horses Museum.
D'après Shen, directeur adjoint du département d'archéologie du musée: "Le plus important est que les reliques qui ont été trouvées étaient bien conservées et colorées,". Il a ajouté que les archéologues avaient localisés l'emplacement de 11 autres guerriers, mais n'avaient pu encore les déterrer.

Cette découverte est la dernière dans le secteur culturel de la Chine, après que des experts aient constaté que la Grande Muraille de Chine - qui, comme l'armée de terre cuite est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO - étaient beaucoup plus grande qu'on ne le pensait.

Les experts s'attendaient à ce que les couleurs sur les guerriers et les objets découverts aient disparu au cours des siècles, mais ils ont été surpris de voir à quel point il y a eu une bonne conservation.

Un bouclier qui aurait été utilisé par les soldats de la dynastie des Qin (221-206 avant J.-C.), avec des figures géométriques rouges, vertes et blanches, a aussi été découvert.
Qin Shihuang - l'empereur Qin qui avait construit l'armée - a présidé à l'unification de la Chine en 221 avant JC et est considéré comme le premier empereur de la nation.

L'ancienne armée en terre cuite avait été découverte en 1974 par un paysan creusant un puits. Elle représente une des plus grandes découvertes archéologiques des temps modernes, et a été répertoriée comme site du patrimoine mondial en 1987.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Sam 16 Juin 2012 - 11:29

Sicile : une exploitation agricole utilisée pendant 1000 ans !



Des fouilles archéologiques ont montré pour la première fois qu'une exploitation agricole en Sicile avait une histoire remontant à plus de mille ans.

De nombreuses découvertes montrent que l'utilisation continue d'un ensemble de terres a servi à l'implantation humaine et à la vie économique et religieuse entre le 5ème siècle et 16ème siècle.

Ces découvertes sont le résultat de deux projets de la FWF, Austrian Science Fund, comprenant la première exploration archéologique en profondeur de la période byzantine en Sicile.

L'emplacement stratégique de la Sicile a attiré l'attention de diverses puissances historiques. Ainsi, la période Antique a vu l'île, dominée d'abord par les Grecs et plus tard par l'Empire romain, puis, dans le Haut Moyen Age, elle a été le centre de l'Etat Normand en Italie du Sud.

Avant cela, les quatre siècles entiers de domination byzantine sont moins bien connus. Cependant, grâce aux deux projets de l'Institute for Byzantine and Modern Greek Studies (IBMGS) à l'Université de Vienne, des données importantes ont été mises en lumière concernant les activités de colonisation, d'histoire économique et religieuse de cette période.

Un complexe de bâtiments unique.

Pendant dix ans, les deux projets ont concentré leur attention sur les terres agricoles au nord du village sicilien de Torrenova (à environ 120 kilomètres à l'ouest de Messine) qui manifestement était un monastère entre les 12e et 16e siècle: San Pietro di Deca.
Une partie de la construction, qui a appartenu à l'ancien monastère, existe encore aujourd'hui: un bâtiment octogonal en forme de dôme connu sous le nom "Conventazzo" a survécu grâce à de nombreuses modifications.
Dans l'ensemble, il y a des indices d'utilisation continue depuis l'Antiquité tardive jusqu'au début de l'ère moderne. "L'utilisation d'un complexe de bâtiments est unique; nous avons été en mesure de faire d'importantes contributions à la reconstruction de l'économie rurale de la Sicile. Il y avait peu de sources écrites indiquant une utilisation continue, nos fouilles et l'analyse des découvertes ont pu en fourni les preuves archéologiques," explique le professeur Ewald Kislinger, qui dirige les deux projets.

Les fouilles ont débuté en 2001 avec une exploration détaillée du site en utilisant le dernier géoradar. Il a permis l'identification non invasive des structures de renforcement cachées dans le sol. L'équipe dirigée par le Professeur Kislinger a pu démontrer la présence d'une église et d'une ancienne villa rustica romaine de l'Antiquité tardive.

Une exploitation qui a traversé les périodes romaines, byzantines, normandes et espagnoles...

Grâce aux nombreux restes de construction, l'église a pu être datée de la première période Normande (à partir de l'année 1061 et après).
À la surprise de toute l'équipe, des travaux ultérieurs ont même révélé l'abside d'une ancienne construction, ayant sans doute une fonction rituelle, et datant de l'Antiquité tardive.
Le projet a montré que le "Conventazzo" constituait le lien essentiel entre le complexe de l'église et la villa rustica.
Comme l'explique le professeur Kislinger : "des Romains aux Byzantins, puis aux Normands et à la période espagnole en Sicile, nous avons trouvé des vestiges d'occupation humaine de S. Pietro di Deca. Cela démontre la continuité et le changement dans cette exploitation agricole depuis plus d'un millénaire."

De nombreuses pièces de monnaie trouvées démontrent de manière éclatante l'activité qui a animé à l'exploitation, avec les découvertes liées à la foire annuelle du monastère, que des sources documentent jusqu'à 1585.
Dans l'ensemble, les découvertes (dont une quarantaine de tombes fouillées) offrent un premier aperçu de la vie de la population rurale d'une île dont les précédentes analyses historiques s'appliquaient principalement à la classe supérieure.

Grâce aux deux projets de la FWF, la population locale a également retrouvé un nouvel éclairage sur sa propre histoire, ce qui a donné un élan pour présenter les découvertes comme attractions touristiques : l'extension prévue de San Pietro di Deca perpétue ainsi une tradition séculaire d'exploitation économique jusque dans le 21ème siècle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 22 Juin 2012 - 10:05

L'homme produisait du lait en Afrique il y a 7.000 ans.

Une équipe internationale de scientifiques, dirigée par l'Université de Bristol au Royaume-Uni a démontré que les hommes de la préhistoire saharienne ont utilisé des bovins pour leur lait il y a près de 7.000 ans.

C'est en analysant les acides gras extraits de poteries non vernies, provenant d'un site archéologique de Libye que les chercheurs ont montré que des graisses laitières ont été contenues dans les récipients.

Cette première identification de pratique de la production laitière dans le continent africain, par les éleveurs préhistoriques du sahara, peut être datée de manière fiable au cinquième millénaire avant JC.

Il y a environ 10.000 ans, le désert du Sahara était plus humide et plus vert; les premiers chasseurs-cueilleurs dans la région ont vécu une vie semi-sédentaire, utilisant la poterie, chassant du gibier sauvage et récoltant des céréales sauvages. Puis, autour de 7,000-5,000 ans, la région est devenue plus aride, les habitants ont adopté une approche plus nomade, avec un mode de vie pastoral. C'est ce que suggère la présence d'os de bétail dans les dépôts des cavernes et les camps près des rivières.

A travers l'art rupestre gravé et peint que l'on retrouve abondamment dans la région, on peut voir de nombreuses représentations d'animaux, en particulier des bovins. Mais jusqu'à présent, aucune preuve directe ne permettait d'affirmer que ces bovins avaient été traités.

Des chercheurs de l'Unité de Géochimie Organique à l'école de chimie de Bristol, ainsi que des collègues de l'Université Sapienza, à Rome, ont étudié des poteries non vernissées datant d'environ 7.000 ans. Elles proviennent de l'abri sous roche Takarkori dans les montagnes de Tadrart Acacus, en Libye.
En utilisant des biomarqueurs de lipides et l'analyse d'isotope de carbone stable, ils ont pu étudier les acides gras conservés dans le tissu de la poterie et ils ont constaté que la moitié des récipients avaient été utilisés pour le traitement des matières grasses laitières.

Cela confirme pour la première fois la présence ancienne de bovins domestiques dans la région et l'importance du lait pour les populations pastorales préhistoriques.

Julie Dunne, étudiante en doctorat à l'école de chimie de Bristol, et l'une des auteurs de l'article explique: "Nous connaissions déjà l'importance des produits laitiers tels que le lait, le fromage, le yaourt et le beurre, qui peut être extraite d'un animal durant toute sa durée de vie, pour les populations du néolithique en Europe. Il est donc intéressant de voir que cela était tout aussi important dans la vie des hommes préhistoriques d'Afrique."
Ces résultats fournissent également une base pour notre compréhension de l'évolution du gène de lactase persistante, qui semble avoir surgi une fois que les hommes préhistoriques ont commencé à consommer des produits laitiers.
Le gène se trouve chez les Européens et chez certains groupes d'Afrique centrale, apportant ainsi des arguments pour la circulation des personnes, avec leur bétail, du Proche-Orient vers l'Afrique de l'Est au début de l'Holocène moyen, il y a environ 8.000 ans."

Le Professeur Richard Evershed de l'école de chimie de Bristol, et co-auteur de l'article, a ajouté: "Alors que le remarquable art rupestre d'Afrique saharienne contient de nombreuses représentations de têtes de bétail, y compris, dans quelques cas, des représentations de la traite réelle d'une vache, cela est difficile à dater de manière fiable. En outre, la rareté des os de bovins dans les sites archéologiques rend impossible de déterminer la structure des troupeaux, ce qui empêche de savoir si la production laitière était pratiquée. L'analyse moléculaire et isotopique des résidus alimentaires absorbés dans la poterie, cependant, est une excellente façon d'enquêter sur le régime alimentaire et les pratiques de subsistance de ces anciens peuples. C'est une approche que mes collègues et moi avons déjà appliquée avec succès afin de déterminer la chronologie de la production laitière, qui a commencé dans le Croissant fertile au Proche-Orient et s'est diffusé à travers l'Europe."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Ven 22 Juin 2012 - 17:10

Très belles découvertes
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Lun 25 Juin 2012 - 13:49

Découverte du plus ancien artéfact juif dans la péninsule ibérique.



Les archéologues de la Friedrich-Schiller-Universität Jena (Allemagne) ont constaté certaines des plus anciennes preuves archéologiques de la culture juive dans la péninsule ibérique sur un site de fouilles au sud du Portugal, à proximité de la ville de Silves (Algarve).

Sur une plaque de marbre (photo ci-dessus), mesurant 40 par 60 centimètres, le nom de "Yehiel" peut y être lu, suivi d'autres lettres qui n'ont pas encore été déchiffrées. Les archéologues d'Iéna pensent qu'il pourrait s'agir d'une dalle funéraire.
Des cornes trouvées dans les décombres très près de la dalle funéraire ont permis de donner un indice sur la détermination de l'âge: "la matière organique des bois a pu être datée par analyse au radiocarbone avec certitude à environ 390 Après JC," rapporte le Dr Dennis Graen de l'Université d'Iéna et directeur des fouilles, "par conséquent, nous avons ce que l'on appelle un «terminus ante quem*» pour l'inscription, car elle a du être créée avant de se mêler avec les décombres et les bois."

Jusqu'ici, la première preuve archéologique d'habitants juifs dans la région de ce qui est aujourd'hui le Portugal était aussi une dalle funéraire avec une inscription en latin et l'image d'une menorah - un chandelier à sept branches - datant de 482 après JC.
Quant aux premières inscriptions connues en hébreu, elles dataient du 6ème ou 7ème siècle après JC.

Pendant trois ans, l'équipe de l'Université d'Iéna a fouillé une villa romaine au Portugal, découverte quelques années plus tôt par Jorge Correia, archéologue de Silves. Le projet visait à comprendre comment et de quoi vivaient les habitants de l'arrière-pays de la province romaine de Lusitanie.

Cette nouvelle découverte pose de nouvelles énigmes: "nous nous attendions réellement à une inscription en latin lorsque nous avons retourné la dalle funéraire," explique Henning Wabersich, un membre des rapports de fouilles. Après, aucune autre inscription n'a été trouvée jusqu'à présent et on ne sait rien sur l'identité des habitants de l'enceinte.
C'est seulement après de longues recherches que les archéologues ont découvert la langue utilisée, car l'inscription n'avait pas été tracée avec un soin particulier. "Alors que nous étions à la recherche d'experts qui pourraient aider à déchiffrer l'inscription entre Iéna et Jérusalem, l'indice crucial est venu d'Espagne" explique Dennis Graen, "Jordi Casanovas Miró du Museu Nacional d'Art de Catalunya à Barcelone, un expert bien connu pour les inscriptions en hébreu dans la péninsule ibérique, était sûr que l'on pouvait lire le nom juif "Yehiel ", un nom mentionné dans la Bible."

Ainsi, non seulement la date précoce est exceptionnelle, mais aussi le lieu de la découverte: jamais auparavant de découverte juive n'a été faite dans une villa romaine.

Dans l'Empire romain les Juifs écrivaient normalement en latin, car ils craignaient des mesures répressives. L'hébreu, découvert sur la plaque de marbre, n'a été réutilisé qu'après le déclin de la suprématie romaine, vers le 6ème ou 7ème siècle.
"Nous avons été également très surpris de trouver des traces de Romains ( Lusitaniens romanisés dans ce cas) et de Juifs vivant ensemble dans une zone rurale", explique Dennis Graen, "nous avions supposé qu'une telle chose était beaucoup plus susceptible de se produire dans une ville."

Les informations concernant la population juive dans la région en général passaient la plupart du temps par l'écriture. "Au cours du conseil ecclésiastique dans la ville espagnole d'Elvira environ 300 règles de conduite entre juifs et chrétiens ont été émises, ce qui indique qu'à cette époque il devait y avoir déjà un nombre relativement important de Juifs dans la péninsule ibérique" ajoute Dennis Graen; mais les preuves archéologiques avaient disparu jusqu'à ce jour. "Nous savions qu'il y avait une communauté juive au Moyen Age, non loin de notre site de fouilles dans la ville de Silves. Elle existait jusqu'à l'expulsion des Juifs en 1497."

En été, les archéologues d'Iéna reprendront leur travail. Jusqu'à présent, ils ont creusé 160 mètres carrés de la villa, mais après avoir vérifié le sol, il est déjà devenu clair que la plus grande partie de l'enceinte est encore à découvrir. "
Revenir en haut Aller en bas
makguylio
avatar
ADMINISTRATRICE
ADMINISTRATRICE


Féminin Capricorne Singe
Messages : 16771
Date de naissance : 26/12/1968
Date d'inscription : 19/01/2010
Age : 48
Localisation : Pohénégamook, Québec

MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Lun 25 Juin 2012 - 13:53

Ça doit être spécial quand une équipe découvre des choses comme ça.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Jeu 28 Juin 2012 - 14:34

Le changement climatique aurait conduit à l'effondrement de la civilisation Harappéenne.



Une nouvelle étude combinant les derniers éléments archéologiques et les connaissances géoscientifiques ont démontré que le changement climatique a été un ingrédient clé dans l'effondrement de la grande civilisation de la vallée de l'Indus ou civilisation harappéenne il y a près de 4000 ans.

Cette étude résout aussi un débat de longue date sur la source et le sort du fleuve Sarasvati, fleuve sacré de la mythologie hindoue.

S'étendant sur plus de 1 million de kilomètres carrés à travers les plaines de l'Indus, depuis la mer d'Arabie jusqu'à l'Himalaya et le Gange (sur ce qui est maintenant le Pakistan, l'Inde et au nord-ouest est de l'Afghanistan), la civilisation de l'Indus fut la plus importante, mais la moins connue, des premières grandes civilisations urbaines comme celles de l'Egypte et de la Mésopotamie.
Comme leurs contemporains, les Harappéens vivaient près des rivières qui fertilisaient les terres chaque année. "Nous avons reconstruit le paysage dynamique de la plaine, où la civilisation de l'Indus s'est développée il y a 5200 ans, a construit ses villes, puis s'est lentement désintégrée il y a 3000 à 3900 ans", a déclaré Liviu Giosan, un géologue de la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) et auteur principal de l'étude. "Jusqu'à présent, les spéculations ont abondé sur les liens entre cette ancienne culture et ses mystérieuses rivières puissantes et vivifiantes."

Aujourd'hui, de nombreux vestiges des colonies harappéennes sont situées dans une vaste région désertique, loin de toute rivière qui coule.

Cette culture extraordinairement complexe d'Asie du Sud a eu une population qui à son apogée a pu atteindre 10 pour cent des habitants de la planète.
Une vague de recherches archéologiques au Pakistan et en Inde a permis de découvrir une culture urbaine sophistiquée avec une myriade de routes commerciales internes et des liaisons maritimes bien établies avec la Mésopotamie. On y trouve aussi des normes pour la construction des bâtiments, des systèmes d'assainissement, arts et l'artisanat, et un système d'écriture en cours de déchiffrage.

"Nous avons estimé qu'il était grand temps pour une équipe de scientifiques interdisciplinaires de contribuer au débat sur le sort énigmatique de ces habitants", a ajouté Giosan.
La recherche a été menée entre 2003 et 2008 au Pakistan, depuis la côte de la mer d'Arabie jusque dans les vallées fertiles irriguées du Pendjab et du nord du désert de Thar.

L'équipe internationale comprend des scientifiques des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Pakistan, de l'Inde et de Roumanie avec des spécialités en géologie, géomorphologie, archéologie, et mathématiques.
En combinant des photos satellites et des données topographiques recueillies par le Shuttle Radar Topography Mission (SRTM), les chercheurs ont crée et analysé des cartes numériques des reliefs construits par l'Indus et les rivières voisines. Des sondages ont ensuite été effectués par forage, carottage, et même manuellement en creusant des tranchées.
Les échantillons collectés ont été utilisés pour déterminer l'origine des sédiments (ont-ils été portés et façonnés par les rivières ou les vents) et leur âge afin de développer une chronologie des changements dans le paysage.

"Une fois que nous avons obtenu des nouvelles informations sur l'histoire géologique, nous avons pu réexaminer ce que nous savions sur les zones de peuplement: ce qui était cultivé par les habitants et à quel moment, et comment l'agriculture et les modes de vie ont évolué," a déclaré Dorian Fuller, archéologue de la University College London et co-auteur de l'étude, "cela a donné de nouvelles perspectives dans le processus de déplacement de la population vers l'est, la réduction de la taille des communautés agricoles, et le déclin des villes pendant les périodes harappéennes tardives."

La nouvelle étude suggère que la diminution des pluies de mousson a conduit à un affaiblissement de la dynamique fluviale, et a joué un rôle essentiel tant dans le développement que dans l'effondrement de la culture harappéenne.

En effet, la civilisation de l'Indus s'appuyait sur les crues du fleuve pour produire ses excédents agricoles. Cette nouvelle étude dresse un tableau convaincant de 10.000 ans de changement dans les paysages.
Avant que la plaine ne soit massivement occupée, le sauvage et puissant fleuve Indus, et ses affluents, s'écoulaient des vallées découpées de l'Himalaya dans leurs propres dépôts et laissaient des bandes de terres interfluviales entre eux.
Dans l'Est, les pluies de mousson ont soutenu la pérennisation des rivières sillonnant le désert et laissant derrière elles leurs dépôts sédimentaires à travers une vaste région.

Parmi les caractéristiques les plus frappantes les chercheurs ont identifié une plaine en forme de monticule, de 10 à 20 mètres de haut, de plus de 100 kilomètres de large, et longue de près de 1000 kilomètres le long de l'Indus, qu'ils appellent la "méga-crête Indus". Elle a été construite par la rivière qui déposait des sédiments le long de son cours inférieur.
"A cette échelle, rien de semblable n'a jamais été décrit dans la littérature géomorphologique", a déclaré Giosan, "la méga-crête est un indicateur surprenant de la stabilité du paysage de la plaine de l'Indus sur les quatre derniers millénaires. Des restes de colonies harappéens gisent encore à la surface de la crête, plutôt que d'être enterrés dans le sol."

Cartographiées au-dessus de la vaste plaine indo-gangétique, les données archéologiques et géologiques montre que les colonies ont fleuri le long de l'Indus de la côte vers les collines donnant sur l'Himalaya.

Une autre grande découverte: les chercheurs pensent avoir résolu une longue controverse concernant le sort du fleuve mythique Sarasvati.

Les Védas, les anciennes écritures indiennes composées en sanskrit il y a plus de 3000 ans, décrivent la région ouest du Gange comme "la terre des sept rivières." l'Indus et ses affluents actuels sont facilement reconnaissable, mais la Sarasvati, dépeinte comme "dépassant en majesté toutes les autres eaux" et "dans son cours de la montagne à l'océan" a été perdu.
Basé sur les descriptions bibliques, on a cru que la Sarasvati était alimenté par les glaciers de l'Himalaya. Aujourd'hui, la Ghaggar, une rivière intermittente qui ne coule que pendant les fortes moussons et qui se dissipe dans le désert le long du parcours sec de la vallée Hakra, pourrait être le meilleur emplacement de la mythique Sarasvatî. Mais son origine Himalayenne, si elle a été active aux temps védiques, reste controversée.
Des preuves archéologiques soutiennent qu'il y a eu un peuplement intensif pendant les périodes harappéennes le long de la Ghaggar-Hakra. Les nouveaux éléments géologiques (les sédiments, la topographie) montrent que les rivières étaient en effet importantes et très actives dans cette région, mais plus probablement en raison des fortes moussons.
Cependant, il n'existe aucun indice de larges vallées encaissées comme le long de l'Indus et de ses affluents et les chercheurs n'ont pas trouvé de connexions avec l'une des deux proches rivières, Sutlej et Yamuna, provenant de l'Himalaya.
La nouvelle étude fait valoir que ces différences cruciales prouvent que la Sarasvati (Ghaggar-Hakra) n'était pas alimentée par l'Himalaya, mais un cours d'eau alimenté en permanence par les moussons, et que l'aridification l'a réduit à de courts flux saisonniers.

"Ainsi, les villes se sont effondrées, mais les petites communautés agricoles ont pu prospérer..."

Il y a 3900 ans, avec l'assèchement des rivières, les Harappéens avaient une issue à l'est du bassin du Gange, où les pluies de mousson restaient soutenues. "Nous pouvons imaginer que cette évolution a entrainé un changement vers des formes d'économies plus localisées: des petites communautés locales reposant sur une agriculture pluviale et la diminution des cours d'eau", explique Fuller, "cela peut avoir produit une diminution des excédents, insuffisants pour les grandes villes."
Un tel système n'était pas favorable à la civilisation de l'Indus, qui s'était construite sur les excédents de récoltes exceptionnelles le long de l'Indus et des rivières Ghaggar-Hakra.
"Ainsi, les villes se sont effondrées, mais les petites communautés agricoles ont pu prospérer. La plupart des arts urbains, comme l'écriture, ont disparu, mais l'agriculture a continué et s'est diversifiée", ajoute Fuller.

D'après Giosan: "Une quantité incroyable de travail archéologique a été accumulé au cours des dernières décennies, mais cela n'avait jamais été lié correctement à l'évolution du paysage fluvial. Nous voyons maintenant que la dynamique des paysages avait un lien crucial entre le changement climatique et les populations..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mar 3 Juil 2012 - 14:17

Les plus vieux pots à cuire du monde, découverts en Chine, ont 20 000 ans.



Publiant ses travaux jeudi 28 juin dans Science, une équipe internationale a découvert dans l’est de la Chine des fragments de poterie probablement utilisés par les hommes préhistoriques pour cuire des aliments. Leur âge : presque 20.000 ans. Un record…

Des chercheurs des universités de Harvard et de Boston (États-Unis), de Pékin (Chine) et de l'Université Eberhard Karls (Allemagne), ont mené en 2009 des fouilles dans la caverne de Xianrendong, dans le sud-est de la Chine. Un site où des vestiges archéologiques sont mis au jour depuis les années 1960. Or, ils y ont notamment trouvé des fragments de poterie dans une couche de terrain. Des éléments qu’ils ont pu dater au radiocarbone à un âge situé entre... 19.000 et 20.000 ans.

Bien que ces pots d’une vingtaine de centimètres de diamètre présentent une finition médiocre et sont assez cassants, ce sont ainsi de précieux objets. En effet, au vu de l'âge attribué, ces pots sont les plus vieux récipients en terre connus aujourd’hui. Mieux encore, comme l'ont expliqué les spécialistes, leurs bords présentent des traces de brûlure et de suie, ce qui suggère qu’ils étaient utilisés pour y cuire de la nourriture. "La fabrication de la poterie n'est pas nécessairement liée à [l’apparition de] l'agriculture", a expliqué Ofer Bar-Yosef, d’Harvard.

Ces objets précèdent en effet de 8.000 à 10.000 ans l’apparition des toutes premières pratiques agricoles. Les chasseurs-cueilleurs qui les ont façonnés enduraient les rigueurs du dernier âge glaciaire, ce qui peut les avoir motivé pour inventer des techniques de cuisson des aliments (lesquels sont plus énergétiques cuits que crus), estiment les chercheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mar 3 Juil 2012 - 14:22

Israël : découverte d’un trésor vieux de 2 000 ans.



Un trésor antique, composé de pièces et de bijoux d'or et d'argent, a récemment été retrouvé dans la région de Kiryat Gat en Israël. Selon les spécialistes, il aurait probablement été enterré par une femme riche au cours de la révolte de Bar Kokhba (132-135), la dernière des guerres opposant les Juifs et les Romains.

En fouillant les fondations d’un bâtiment datant de l’époque romaine et byzantine, dans la région de Kiryat Gat en Israël, une équipe d’archéologues dirigée par l’Autorité israélienne des Antiquités a découvert un fastueux trésor. Leur rapport, révélé publiquement le mardi 5 juin, indique qu’il s’agit de 140 pièces et d’or et d’argent ainsi que des bijoux en or, restés cachés dans une fosse de la cour durant près de deux mille ans.

Parmi les objets découverts, les chercheurs recensent également une boucle d'oreille en forme de fleur fabriquée par un orfèvre, une bague ornée d’une pierre précieuse avec un tampon de maitre et deux baguettes en argent qui servaient surement à appliquer le khôl sur les yeux. Les pièces, soumises à l’analyse des experts, datent de la période des empereurs romains Neron, Nerva et Trajan dont le règne remonte à entre 54 et 117. En effet, l’une des faces a été gravée du portrait des dirigeants et l’autre des symboles de combattant et de dieux de la mythologie comme Jupiter.

"La composition et la qualité des représentations numismatiques sont compatibles avec d’autres trésors qui ont été précédemment attribuées à l'époque de la révolte de Bar Kokhba", précise dans un communiqué Sa'ar Ganor, archéologue pour l’Autorité israélienne des Antiquités. Selon lui, les objets de valeurs auraient été cachés par une femme riche confrontée à un danger imminent lors de la dernière des guerres opposant les Juifs et les Romains. Il ajoute : "Il est clair que le propriétaire du trésor n’a jamais eu l’occasion de le récupérer".

Le trésor se trouve désormais au laboratoire de l’Autorité israélienne des Antiquités de Jérusalem. Après avoir été finement étudié il rejoindra un des musées du pays où il sera exposé au public.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mar 3 Juil 2012 - 14:26

Les fondations d’une bâtisse millénaire découvertes au Pays de Galles.



Mis au jour au Pays de Galles par les ouvriers d’un chantier de construction, les vestiges d’une maison collective vieille d’environ 5.000 ans intriguent les archéologues.

C’est sur le chantier de construction d’un lotissement de 80 maisons, dans le Parc Glyndwr, à Monmouth (Pays de Galles), que des ouvriers sont ‘tombés’ sur d’anciens assemblages de bois. Appelés sur place, les archéologues ont découvert, sur une étendue d’environ 15 m, une série de poteaux faits d’arbres entiers d’un diamètre de 1m.

Il pourrait en fait s'agir des fondations d’une vaste maison, vieille de 4.500 à 6.500 ans, selon les observations qu'ils ont pu faire sur place. Néanmoins, ceci demande à être confirmé. C'est pourquoi une radiodatation est prévue et les résultats devraient être communiqués ce mois-ci. "Nous ne sommes pas vraiment sûrs de ce que c’est, c'est un mystère. Mais ce sont les fondations de quelque chose. Nous n'avons jamais vu quelque chose comme ça. Nous pensons que c'était une longue maison, celle d’une famille, peut-être utilisée pour des rassemblements et des réunions", a témoigné l’archéologue Steve Clarke.

"Nous pensons qu'elle pourrait être de l'âge du bronze, mais quelques-uns des experts que nous avons fait venir pensent qu’elle pourrait dater du début du Néolithique. Si c'est le cas, elle pourrait être antérieure aux pyramides d'Egypte [vieilles, elles, de 4 500 ans]", a t-il expliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Mar 3 Juil 2012 - 18:30

Découverte du plus ancien art rupestre en Australie.



Un archéologue affirme avoir trouvé la plus ancienne trace d'art rupestre en Australie et, du même coup, cela en fait une des plus anciennes au monde. Il s'agit d'une œuvre autochtone créé il y a 28.000 ans dans une grotte de l'Outback.

La datation de l'une des milliers d'images de l'abri rocheux, connu sous le nom Nawarla Gabarnmang, dans le Territoire du Nord sera publié dans la prochaine édition du Journal of Archaeological Science.
L'archéologue Bryce Barker, de la University of Southern Queensland, a déclaré qu'il avait trouvé la roche en Juin de l'année dernière, mais ce n'est que récemment qu'il l'a daté dans la laboratoire d'analyse au radiocarbone de l'Université de Waikito en Nouvelle-zélande.

L'art rupestre a été fait avec du charbon, de sorte que la datation au radiocarbone pourrait être utilisé pour déterminer son âge. La plupart des arts rupestres sont faits avec de la peinture minérale, de sorte que son âge ne peut être mesuré avec précision. "C'est, sans équivoque, l'art rupestre le plus ancien d'Australie" et parmi les plus anciens au monde, d'après Barker.

L'art rupestre le plus ancien se trouve en Espagne, où des mains négatives et des disques rouges, faits en soufflant la peinture, apparaissent sur le mur de la grotte El Castillo. La datation a donné au moins 40,800 ans, selon les scientifiques en utilisant une technique connue sous le nom de datation à l'uranium-thorium.

Sally May, archéologue de l'Australian National University, non impliquée dans la recherche de Barker, a décrit sa découverte comme "incroyablement importante. Cela ne surprendra personne que l'art rupestre soit aussi vieux en Australie car nous savons que les gens sont ici depuis beaucoup plus longtemps que cela et il n'y a aucune raison de croire qu'ils ne produisaient pas d'art".

Barker a trouvé des preuves montrant que la grotte où il a trouvé l'art rupestre avait été occupée pendant 45.000 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques Sam 7 Juil 2012 - 16:29

Suisse : une nécropole romaine découverte sous le chantier d'un stade.



Les fouilles archéologiques réalisées sur le site du futur stade de Lausanne ont révélé une gigantesque nécropole romaine. En outre, des objets datant du Mésolithique ont été exhumés, témoins de l'importance de la découverte.

"C'est une découverte majeure. Jusqu'ici, on ne connaissait pas du tout de restes de cette période à Lausanne", a confié à l'Ats Sébastien Freudiger, l'archéologue responsable du chantier. Sous la future pelouse du stade de football, les chercheurs n'en finissent plus de déterrer des artefacts. En effet, les fouilles entreprises avant le début du chantier ont révélé une gigantesque nécropole de la période romaine. Les archéologues ont ainsi exhumé des urnes et quelques squelettes. Mais entre 2.000 et 10.000 sépultures des Ier, IIe et IIIe siècles pourraient encore s'y trouver d'après les spécialistes.

Mais ce n'est pas tout ce qui a été découvert. Sur le site, ils ont également déterré de menus objets datant du Mésolithique, soit de -9.000 à -5.000 av, J.-C. Des restes qui rappellent que durant cette période, les peuples vivaient de la chasse et de la cueillette : "nous avons trouvé de très petits objets en silex, des pointes de flèches ou des grattoirs par exemple", a détaillé le spécialiste. Dire que les scientifiques s'y attendaient, c'est un bien grand mot.

Pourtant, comme l'atteste M. Freudiger, "nous sommes ici dans la banlieue, à la sortie de l'agglomération de Lousonna, le nom antique de Lausanne. C'est donc un endroit habituel pour une nécropole". Sur place, aux Prés-de-Vidy (dans le sud de la ville), des amphores ont été excavées, ainsi que des pièces de vaisselle en céramique et même un biberon. Les Romains avaient l'habitude de manger entre les tombes et de laisser des offrandes sur les sépultures des défunts.

Le plus grand chantier archéologique de Suisse.

En conséquence, les archéologues suisses ont notamment sorti de terre une statuette de la déesse Vénus, un lapin en terre blanche ainsi qu'un sanglier de bronze de 4 centimètres de haut. Ainsi, la "nouvelle" nécropole de Lausanne démontre que les fabricants d'urnes n'avaient pas les mêmes pratiques que les Romains qui habitaient dans la cité d'Avenches (Aventicum), la capitale de l'Helvétie romaine. "La céramique lausannoise était peut-être plus savonneuse", explique Sébastien Freudiger, commentant que "les artisans la cuisaient à une température moins haute qu'à Avenches". Pour les scientifiques, ce site pourrait alors devenir "le plus grand chantier archéologique de Suisse sur un hectare", souligne le quotidien suisse Le Temps.

Le coût des travaux sur le site devrait être compris entre 10 et 20 millions de francs suisses (8 à 16 millions d'euros). La municipalité de Lausanne prévoit elle d'y injecter 5 millions (4 millions d'euros). Elle espère que le reste pourra être pris en charge par le canton de Vaud et la Confédération suisse. Toutefois, les recherches ne devraient pas augurer de retard dans la construction du stade ni dans le projet "Métamorphose".

Ceci est le projet d'extension de la cité lémanique avec pour objectif la création d'un éco-quartier, de nouveaux équipements sportifs (comme le stade) et des logements. Sauf imprévu, le projet devrait aboutir à l'horizon 2020.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Découvertes archéologiques

Revenir en haut Aller en bas

Découvertes archéologiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Causette :: ON CAUSE DE LA VIE COURANTE :: COIN DIVERS-
Sauter vers: